La Mouna, une brioche au sucre aux saveurs de l’enfance…

| Boulangerie, Brioches et Viennoiseries, Un peu long mais trop bon!


Bonjour à tous,
Avec mes horaires décalés de pâtissière j’avoue ne pas avoir réussi à venir poster de nouvelles recettes depuis bien trop longtemps. Si vous suivez ma page facebook ou instagram vous savez que je n’ai pas cessé de tester de nouvelles gourmandises à partager très bientôt, animer de nouveaux ateliers et autres gâteaux d’anniversaire que vous pouvez voir par ici.
Me voici donc de retour et pour me faire pardonner, je vous livre une recette à laquelle je tiens particulièrement.
C’est une dédicace spéciale à ma maman, pour qui j ai fait de nombreux essais avant de pouvoir prétendre au résultat ultime, égaler (ou presque) la fameuse Mouna de son souvenir, le goût de l’enfance.
La Mouna fait partie des douceurs traditionnelles dans les familles originaires d’Afrique du Nord. C’est une sorte de brioche au sucre géante, au bon goût d’orange. Elle exige un peu d’huile de coude si vous n’avez pas de robot pour la pétrir mais je peux vous garantir que son parfum en vaut le détour.
Voici donc la recette pour tous les courageux, une de plus dans ma catégorie « un peu long mais si bon »… J’espère qu’elle vous rappellera de bons souvenirs!

La recette pour 2 grosses Mounas

Temps de préparation: 30 minutes
Temps de repos, de pousse: 1h puis 30 minutes
Temps de cuisson: 25 à 30 minutes

Ingrédients
20 gr de levure de boulanger (1/2 carré de levure fraîche)
1/2 zeste de citron
1/2 jus d’orange
1/2 zeste d’orange
500 gr de farine
125 gr de beurre
2 gros oeufs
125 gr de sucre en poudre
1 pincée de sel
Du sucre en grains et 1 oeuf battu pour la dorure

Commencez par délayer la levure dans un peu d’eau tiède. Laissez reposer quelques minutes pour que la levure s’active.
Pendant ce temps, faites fondre le beurre et mélangez-le avec le jus d’orange et les zestes.
Ajoutez à ce mélange les oeufs légèrement battus.
Reprenez la levure liquide et ajoutez dans le bol une petite partie de la farine (autour de 100 gr). Laissez reposer en couvrant d’un torchon.
Après une dizaine de minutes, rajoutez dans le bol le mélange de beurre et jus d’oranges et mélangez pour obtenir un appareil homogène.

A partir de là, si vous avez un robot vous pouvez verser ce mélange dans la cuve, installer le crochet pétrisseur et incorporer progressivement la farine en première vitesse et laissez tourner jusqu’à ce que la pâte se décolle des parois.
Si vous n’avez pas de robot, il faudra un peu plus de temps et d’énergie mais le principe est le même, incorporez la farine petit à petit en pétrissant la pâte pour lui donner du corps.
Lorsque toute la farine est incorporée, la pâte doit garder une consistance un peu collante.
Dans les deux cas, terminez par incorporer la pincée de sel.
Formez une boule et placez la dans un bol couvert d’un torchon à l’abri de l’air dans un endroit plutôt chaud.
Dans les fours professionnels on peut placer la pâte dans une « étuve » qui la maintient entre 25 et 28 degrés mais à la maison mon astuce est de faire chauffer le four à chaleur minimum pendant 5 min, puis l’éteindre et y placer le bol pour que la pâte gonfle mieux et plus vite.
Laissez-la doubler de volume (la mienne a reposé une heure)
Lorsque la pâte a doublé, appuyez pour chasser les gazs fermentations. Vous pouvez alors la diviser en deux patons.
Formez deux grosses boules et placez-les sur votre plaque de cuisson ou sur un papier sulfurisé si vous n’avez pas de plaque à pâtisserie.
A l’aide d’un pinceau, badigeonnez-les d’oeuf battus.
Laissez-les à nouveau reposer et gonfler pendant environ 20 minutes dans le four éteint à l’abri de l’air.
Les boules doivent avoir repris du volume et être molles au toucher.

A l’aide d’une paire de ciseaux, formez une croix au centre de chaque boule et parsemez de grains de sucre. (ils sont desormais vendus en grande surface mais vous pouvez aussi concasser vous même des carrés de sucre)

Faites-les cuire entre 25 et 30 minutes dans un four préchauffé à 180 degrés.

Autre petite astuce:
Si la mouna commence à brunir un peu trop rapidement, baissez un peu la température et recouvrez-la d’une feuille d’aluminium pour stopper la coloration tout en continuant la cuisson.

Et vous, quelles sont les douceurs de votre enfance que vous aimeriez retrouver ?

2 Comments

2 Comments on La Mouna, une brioche au sucre aux saveurs de l’enfance…

  1. Raphaëlle
    26 juin 2014 at 13:47 (3 années ago)

    Merci pour ta recette Sarah.
    C’est toute une Histoire la Mouna.
    C’est super bon en plus. J’adore ça.
    Merci!

    Répondre
  2. BoopCook
    26 juin 2014 at 18:38 (3 années ago)

    comme elle doit être bonne cette brioche…un gros MIAM !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − trois =